Griffonnages

Blog de Michel Brouyaux /// Pourquoi ce blog ?

Et j’entendrai comme l’écho de la voix d’Angelo

bois-cazier-2-696x567

Le 8 août 1956, à 8h10, un incendie se déclare dans la mine du Bois du Cazier, à Marcinelle. Ce sera une des plus grandes catastrophes civiles en Belgique: 262 morts,dont de très nombreux travailleurs immigrés italiens.
Du 8 au 22 août, une centaine de sauveteurs risqueront tout, dans l’enfer de la chaleur et des gaz mortels, pour tenter de ramener leurs camarades à la surface.

Dans un livre bouleversant qui vient de paraître, Marcel Leroy rend hommage à celui qui restera le symbole de ces hommes courageux: Angelo Galvan, dit «Le Renard» («Là où l’air passe, le Renard passe»). Retraçant le parcours de l’homme — d’abord simple mineur, puis partisan en Italie, enfin «chef porion»­ —, Marcel Leroy, qui l’a longuement rencontré bien des années plus tard, nous fait en même temps revivre le drame.

Il cède ensuite la plume au Renard, qui livre ici son propre récit, à la fois sobre et hallucinant, des opérations de sauvetage qu’il dirige. Un manuscrit qui se termine en forme de testament: Trente ans après cette tragédie, je tiens encore à remercier ces hommes qui ont risqué leur vie pour essayer de sauver leurs camarades et je leur dis toute la fierté que j’ai d’avoir travaillé avec eux.

Plus tard, lui qui fuyait la gloire après avoir fait la couverture des journaux, Galvan recevra, par exemple, une proposition d’emploi confortable d’une comtesse italienne. Mais il déclinera l’offre, préférant retourner à la mine. Courage, abnégation, modestie, sens de l’honneur, c’était ce genre d’homme, Galvan.
Marcel Leroy: Si les mineurs ont laissé derrière eux des terrils, c’est que leur labeur était à la mesure des géants qu’ils étaient. Tous.

Ce livre, qui esgalvan-book-195x300t un hommage au Pays de Charleroi, à ses hommes et à ses «montagnes», rappelle aussi que le site du Bois du Cazier a échappé à la démolition et qu’il est, aujourd’hui, un magnifique lieu de mémoire classé au patrimoine de l’humanité.

Ce 8 août, on commémore le soixantième anniversaire de la catastrophe. A Marcinelle, à 8h10, nous entendrons la cloche du Cazier sonner 262 fois.
En mon imaginaire, un ultime tintement suivra. Silencieux. Et j’entendrai comme l’écho de la voix d’Angelo, nous dit Marcel Leroy.
Car, en effet, le Renard nous a quittés le 6 mars 1988.
Mais, dans le ciel de Marcinelle, son étoile brille toujours.

Angelo Galvan, le Renard du Bois du Cazier
Marcel Leroy, éditions Luc Pire, juin 2016,
140 pages (+ cahier photos)
ISBN 9782507054403




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *