Griffonnages

Blog de Michel Brouyaux /// Pourquoi ce blog ?

Oxygène ou les chemins de Mortmandie. André-Marcel Adamek

oxygene

Flavien, Chamarit, Dieudonné et Martheline : quatre compères quittent Cormille pour se rendre, comme chaque année, à la prison de Mortmandie. Chacun d’eux compte rendre visite à un proche, enfermé parfois pour de nombreuses années. Le voyage est long – parfois dix jours – et les “pélerins”, comme les appelle poétiquement l’auteur, doivent traverser six lieues de désert où, de temps à autre, une grosse pierre rouge surgit du sol comme une tête coupée, éviter des bourgs hostiles, traverser des forêts et dormir à la belle étoile quand ils n’ont trouvé ni gîte, ni couvert.

Au fil de l’histoire, on comprendra dans quelle région se déroule l’intrigue. Mais on pourrait être n’importe où dans nos bois et nos campagnes, dans cette nature et en compagnie des gens simples que l’auteur aime tant. Le ton, la saveur d’Adamek sont là, dès les premières pages : Ils déambulent par les chemins de poudre et de goudron, avec leurs gros souliers à clous, leurs paniers magiques et l’éclat déconcertant de leur regard de pierre. Et l’Adamek libertaire décrit…massive et sombre, la prison. C’est une immense bâtisse de pierres grises aux portes rares et aux petites fenêtres bardées de fer. Décidément, avec la guerre, la prison est la plus basse invention de l’homme. La rencontre du mystérieux Noirhomme, au Bois des Tournes, bousculera certaines évidences et modifiera plusieurs destins, dans un dénouement en apothéose.

La réédition de ce conte atemporel comblera tous les publics et en particulier, bien sûr, les nombreux fidèles de notre regretté André-Marcel Adamek.

———-
Oxygène ou les chemins de Mortmandie. Editions Weyrich.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *