Griffonnages

Blog de Michel Brouyaux /// Pourquoi ce blog ?

Les féministes blanches et l’empire

feministes

Ce livre rappelle l’héritage ambigu du mouvement féministe français, ses affinités stratégiques avec le projet impérial, son aveuglement face à la double oppression de celles qui sont à la fois femmes et non blanches. Autant d’impasses dont il ne s’est pas encore sorti, comme on peut le voir dans l’escalade islamophobe au nom du féminisme.
Mais évoquer l’actuelle instrumentalisation du féminisme à des fins racistes ne suffit pas. Il faut comprendre la collusion d’intérêts entre le mouvement féministe blanc dominant et le racisme, héritage du colonialisme. A cet égard, le moindre mérite du livre n’est pas de rappeler les dévoilements publics imposés aux femmes algériennes à la fin des années 50 par mesdames Massu et Salan. Un “épisode” qui devrait logiquement faire réfléchir celles qui, “laïques” ou féministes, contribuent à ostraciser les femmes voilées et qui prétendent avec paternalisme (si l’on ose dire) parler à leur place.

N’y a-t-il, d’ailleurs, qu’une seule voie d’émancipation des femmes, la voie occidentale ?
Le livre démontre, au contraire, que la pluralité des modes d’émancipation des femmes, loin d’être l’hypothèse d’un relativisme culturel, procède bien de la pluralité des conditions des femmes et des disparités sociales au sein des mouvements de libération. (Lire à ce propos, page 70 et suite, sur les femmes iraniennes, un passage qui bouscule quelques idées reçues)

La solidarité avec les femmes non blanches, dont les conditions de vie se détériorent avec la crise, ou bien la complicité avec le racisme institutionnel : voilà le choix qui s’impose aux mouvements féministes occidentaux.
Comme disait l’autre : il n’est pas trop tard, mais il est temps !

Note personnelle : la France a accordé le droit de vote aux femmes (en 1944) dix ans après la Turquie. En AzerbaÏdjan, c’était en 1918…

———-
Les féministes blanches et l’empire. Stella Magliani-Belkacem et Félix Boggio Ewanjé-Epée. La Fabrique éditions.
On relira aussi avec intérêt Du bon usage de la laïcité, paru chez Aden.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *