Griffonnages

Blog de Michel Brouyaux /// Pourquoi ce blog ?

Un géant, des Lilliputiens

Bipède volupteur de lyreleoferre

Epoux châtré de Polymnie

Vérolé de lune à confire

Grand-Duc bouillon des librairies

Maroufle à pendre à l’hexamètre

Voyou décliné chez les Grecs

Albatros à chaîne et à guêtres

Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !

Voici vingt ans, Léo Ferré nous quittait.  Deux décennies plus tôt, il enchantait, de la voix et du verbe, les saute-ruisseaux que nous étions, qui raclions nos fonds de tiroir pour aller l’écouter partout : à Leuven (mais oui), au 140, aux Beaux-Arts, au Jeanson, nous n’en rations pas une.

Souvenirs…

Avec le temps, La vie d’artiste, L’île Saint-Louis, Mister Giogino, Quartier latin, Paname, Merde à Vauban, Jolie môme, Ni dieu ni maître, Comme à Ostende… C’était extra !

Et aussi, bien sûr, la mise en chansons des poèmes d’Aragon. (A propos des résistants du groupe Manouchian, ces inoubliables alexandrins :

Vous n’aviez réclamé la gloire ni les larmes, Ni l’orgue ni la prière aux agonisants (…) Vous vous étiez servi simplement de vos armes, La mort n’éblouit pas les yeux des partisans.)

Le grand Léo est parti un 14 juillet (!)

Car la musique, foutu métier

ça chante, ça gueule, ça fait rêver,

Et ça s’envole comme les paroles

Comme les paroles…

Salut, Léo ! Comme le chante Renaud, J’espère seul’ment qu’là-haut, Ya un peu moins d’salauds…

———-

Les Lilliputiens qui gouvernent en Europe, continuent à lécher les bottes des Américains, quitte à violer le droit international.evomorales

Premier épisode : les dirigeants européens découvrent que les Etats-Unis les espionnent, jusque dans les suites des chefs d’état lors des G8 et autres “rencontres amicales”. Très fâchés, qu’ils sont, les Européens !  Comme ils sont redevables de cette révélation à Edward Snowden, qui a rendu publics des documents évidemment secrets et qui, de ce fait, risque de très gros ennuis, vous vous dites : ils vont remercier Snowden, par exemple en lui accordant l’asile politique. Vous n’y êtes pas du tout. C’est hors de question.

Deuxième épisode, encore mieux. Pensant à tort que (peut-être) Snowden avait pris place à bord de l’avion du président bolivien Evo Morales (le bolivien Morales, comme l’écrit si élégamment Le Soir), quatre pays européens interdisent à son avion le survol de leurs espaces aériens, ce qui aboutit à ce que Evo Morales soit littéralement séquestré pendant 13 heures sur le tarmac de l’aéroport de Vienne. Un avion pourtant protégé par une immunité due à tout chef d’état. Il a donc suffi que la CIA fasse le gros doigt pour que la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal s’écrasent.

Forts avec les faibles, faibles avec les forts.

Nous sommes dirigés, comme dirait Sébastien Lapaque, par des ours savants qui gouvernent en tremblant sous les coups de fouet des gardiens de zoo néolibéraux.

———-

Pour garder l’espoir, lisez Le nouveau gouvernement du monde, de Georges Corm,  paru en “poche” à La Découverte.

Bonnes vacances !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *