Griffonnages

Blog de Michel Brouyaux /// Pourquoi ce blog ?

Lettre ouverte à Monsieur André Antoine, président du Parlement wallon

parlementwallonMonsieur le Président,

 
J’ai eu l’honneur d’assister, ce jeudi 13 novembre, à la réunion de la commission du Parlement wallon concernant le projet de traité transatlantique.

Je vous avoue, d’emblée, ma grande satisfaction d’avoir constaté que TOUS les intervenants se sont déclarés opposés à la plupart des questions abordées dans cette négociation, voire à toutes : risques de nivellement par le bas des normes sanitaires, sociales, alimentaires, culturelles, etc. Sans oublier, bien entendu, la question de l’arbitrage, par des tribunaux privés, des conflits entre les firmes et les états.(ISDS)

Lire la suite »


Dans les cellules du royaume…

4dc4472f4915c8e20b532e06adfc37a1-1400146179

J’ai donc eu l’honneur, jeudi dernier, comme ma cousine écolo A.B., de faire partie des 240 personnes sélectionnées pour passer quelques heures en cellule. Comme tout un chacun a pu l’apprendre depuis, nous étions quelques centaines à manifester pacifiquement notre opposition au projet de traité transatlantique. Le maïeur Mayeur (je ne vois pas pourquoi vous riez : à Bruxelles, le maïeur s’appelle Yvan Mayeur. Il paraît qu’il aurait préféré s’appeler Prévot, mais c’était déjà pris), le maïeur Mayeur, donc, avait déployé les grands moyens : hélicoptère, chiens policiers, autopompe, brigade anti-émeute et tout le toutim. Tout ça parce que la manifestation se déroulait à quelques centaines de mètres (évidemment infranchissables) du palais d’Egmont, où quelques huiles européennes sabraient le champagne avec les meilleurs lobbyistes des multinationales.

On n’arrête pas tous les jours 240 manifestants. Le maïeur Mayeur, un peu gêné, va d’ailleurs « procéder à une évaluation interne » ; ce qui nous fait une belle jambe, question libertés fondamentales .

Mais pourquoi un tel déploiement de force ? Etait-il si important de (tenter de) casser un mouvement citoyen en plein développement ?

Il semblerait que oui.

Et voici pourquoi.

Lire la suite »


Automobile Club d’Egypte. Alaa El Aswany.

automobileclubMagnifique roman par l’auteur du justement célèbre « Immeuble Yacoubian ».

En cette fin des années 1940, sous les pales des ventilateurs de l’Automobile Club du Caire, l’Egypte des pachas et des monarques flirte avec aristocrates et diplomates de tout poil, pour peu qu’ils soient européens. Régulièrement, Sa Majesté le roi honore de son éminente présence la table de poker. Extravagance, magnificence et décadence qui s’arrêtent aux portes des salons lambrissés. Dans les communs, une armada de serveurs et d’employés venus de Haute-Egypte et de Nubie s’escriment à satisfaire les exigences de l’inflexible El-Kwo, le chambellan du roi. L’esclave du monarque est aussi le chef suprême des employés de tous les palais royaux, qui régente dans ses moindres détails leur misérable existence et se délecte à professer l’art de la soumission.

Lire la suite »


L’Ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon

OmbreDuventJe redécouvre aujourd’hui, émerveillé, L’Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon, qu’une collègue du cours d’espagnol (que je remercie au passage) a eu l’heureuse idée de me prêter en version originale.

A l’époque où je sévissais à la librairie Papyrus, notre équipe avait vendu 500 exemplaires de ce « coup de coeur »… Grosse surprise pour moi, donc, de constater que des gens dont je suis très proche ne l’ont pas lu ! Hola, amigos ! Pour le prix d’un paquet de clopes, vous pouvez acquérir un des meilleurs romans de la décennie, et je suis loin d’être le seul à le dire.

Lire la suite »


La Police de la pensée. Gérard Larnac

2747511537rPoète, philosophe et essayiste, Gérard Larnac publiait en 2001 cet essai aisément lisible et très stimulant.

Parmi les nombreuses idées qui y foisonnent, j’ai particulièrement aimé celles-ci :

– La démocratie a, beaucoup plus que la dictature, besoin de la propagande. Ceci parce que, quand la violence suffit aux dictatures pour imposer leurs décisions, les démocraties ont besoin de « la coopération active et enthousiaste » des citoyens pour fonctionner.

Lire la suite »


René Halin a été assassiné


René HalinLettre à René Halin, mort sous la torture voici 70 ans, le 8 décembre 1943, au Fort de Huy,

Vous n’aviez réclamé la gloire ni les larmes,
Ni l’orgue, ni la prière aux agonisants…
(Aragon)

 

Cher René,

 

Je n’ai pas eu l’honneur de te connaître.

Je te demande donc de me pardonner ma familiarité.

Je t’ai rencontré voici bien longtemps : j’avais dix ans, peut-être onze. Mon père nous faisait visiter le Fort de Huy où, dès la fin des années 50, hommage était rendu aux résistants au nazisme qui, nombreux, y avaient été emprisonnés, torturés, assassinés. Nous étions enfants, et la guerre nous semblait loin. Une affaire d’adultes. Mais, dans une cellule , j’étais resté pétrifié devant cette inscription : « Ici Halin s’est pendu pour ne pas vendre ses camarades ».

Lire la suite »


Agenda

Ne ratez pas, le jeudi 21 novembre à la Maison de la Culture, la projection du film Le grand retournement, en présence de Gérard Mordillat, le réalisateur. Gérard Mordillat est écrivain (Les vivants et les morts, Notre part des ténèbres, rouge dans la brume…) et cinéaste (il a notamment travaillé avec Roberto Rossellini). Le film est adapté de la pièce de Frédéric Lordon !  (détails ici).

Autre invitation : le mercredi 27 novembre aux Facultés, soirée Palestine avec Alexis Deswaef, juriste et président de la Ligue des Droits de l’Homme, autour de son livre Israêl-Palestine, 10 jours pour comprendre. (Ce livre est présenté dans un de mes articles précédents sur ce blog). Organisation : Coordination namuroise belgo-palestinienne, Démocra-kot et kot de Droit international humanitaire. C’est à 20 heures et c’est ici.

backtohesta175Et encore : pour les amateurs de blues, un nouveau CD de Elmore D (qui ne se souvient de Grandiveûs ?). Ceux qui ne le connaissent pas encore doivent savoir que ce grand musicien marie avec le plus grand bonheur le Wallon liégeois (dont il est un des derniers auteurs) avec le blues : un peu (ou plutôt, beaucoup) comme Nougaro mariait naguère le jazz et l’alexandrin. Le nouveau disque s’appelle Back to Hèsta (ndt : Hèsta, c’est Herstal) et voici la référence pour votre disquaire : 3561302257525. Voir aussi son site : www.elmored.be.


Le dernier ami de Jaurès. Tania Sollogoub

dernier-ami-jaures-1426319-616x01J’ai adoré Le dernier ami de Jaurèsde Tania Sollogoub, qui vient de paraître à l’Ecole des loisirs.

Il s’appelle Jean Jaurès. Ses écrits, ses prises de position, son désir profond de changer le monde l’ont mis en danger d’être assassiné. Le peuple de Paris a juré de le protéger. Ils sont jeunes ou vieux, ils s’appellent Suzanne, Lucien, Mallavec, Paul. En cette fin du mois de juillet 1914, ce peuple-là ne veut pas de la guerre, et personne n’y croit vraiment. Paul a 15 ans, et son esprit est dévoré par l’amour fou qu’il éprouve pour Madeleine, une jeune fille de la bourgeoisie à qui il n’est pas censé adresser la parole. Ce soir-là, rue de la Tour, en gravissant les marches qui mènent à la chambre de Jaurès, Paul ignore que cet homme va non seulement lui accorder sa confiance, mais devenir le confident de son secret et lui donner la force de changer son destin.

Un fort beau roman destiné aux ados, que j’ai (donc…) lu avec le plus grand intérêt. Le cadre historique s’inspire largement, nous dit l’auteur, de « Juillet 1914 », d’Emil Ludwig (livre longtemps interdit et tout aussi recommandable : merci, Gérard !)

Lire la suite »


Retour dans les Andes

Leon Tillieux Andes 2013 BNous assistions jeudi soir, Véronique et moi, à la projection du film Retour dans les Andes, de l’ami Léon Tillieux, ce jeune homme de 65 ans qui va toujours au bout de ses rêves.

Son film nous décrit ses derniers exploits : 3000 kilomètres à vélo à travers la Cordillère des Andes, en solo et par tous les temps. Certains cols ne permettent d’avancer que de 25 kilomètres par jour; après quoi il monte la tente et y réchauffe, à l’abri de la pluie, son spaghetti lyophilisé ! Des mois d’effort et de ténacité pour découvrir des paysages époustouflants et prendre le temps de rencontrer vraiment les gens. Pas grand-chose à voir avec le Club Med…

Lire la suite »